Disney Infinity : On y a joué ps3,xbox360,wii,3ds,wiiu
Sommaire :

Jour après jour, l'empire Disney s'étend à travers ses films, ses séries, ses dessins animés et ses parcs d'attractions. Et puisque cela devait bien arriver un jour, ils ont trouvé un moyen de rassembler tous ces univers en un seul et même jeu : Disney Infinity.

Disney artwork


Commençons par ce qui semble être le plus évident dans l'annonce de Disney Infinity : le succès immense de la gamme Skylanders. Mélanger le jouet et le jeu vidéo de cette manière était un excellente idée, et le public a suivi. Si d'autres éditeurs ont sans doute des concepts similaires dans leurs cartons, c'est Disney qui se lance en premier dans la bataille. Disney Infinity est donc un ensemble de jeux / jouets, prochainement disponible sur PS3, Xbox 360, Wii, Wii U, 3DS, et plus tard sur PC et smartphones. Un projet d'envergure donc, qui va faire rêver (et ruiner) les millions de fans de la marque aux grandes oreilles.



Starter packs, power discs et figurines


Dans le starter pack, vous trouverez un plateau pour disposer vos figurines (Reader Device), trois figurines (Sully de Monstres Academy, Jack Sparrow de Pirates des Caraïbes, et Monsieur Indestructible), leurs PlaySets respectifs, trois web codes et des Power Discs. Vous n'y comprenez rien ? C'est normal, on va vous expliquer. Le Playset est une espèce de gros dé translucide qui se pose sur le plateau, et qui débloque les niveaux correspondants aux trois personnages. Attention, chacun d'entre eux ne peut évoluer que dans son propre univers. Vous ne pourrez pas aller gambader dans la ville des Indestructibles avec Sully, par exemple. Donc en gros avec ce starter pack, vous aurez l'équivalent de trois jeux. Ce sont des jeux en monde ouvert, dans lesquels vous pourrez remplir des objectifs dans n'importe quel ordre. Vos personnages évoluent et sauvegardent leur progression directement sur la  figurine, exactement comme dans Skylanders, et enfin, il y a les Power Discs. Ces derniers peuvent se glisser soit sous le Playset pour modifier l'univers du jeu, soit sous les figurines pour les booster (armes, etc). Et si par la suite, vous pourrez acheter des figurines supplémentaires, des Power Discs seront aussi mis en vente à la manière des images Panini ou des Pogs, à savoir par paquet de deux, dans un sachet opaque. Spécialement étudié pour « faire des échanges avec tes amis ! » comme ils disent à la télé. Un genre de DLC physique, quoi. Sachez enfin que tout ce petit matériel est d'excellente qualité, les figurines sont jolies comme tout, bien sculptées et dans un style cartoon très réussi. On connait beaucoup de fans de Disney qui vont craquer.

 

Mégateuf avec Bob Razowski


Si les figurines sont jolies, qu'en est-il du jeu ? Bien que nous n'ayons pas eu le temps de voir le niveau Pirates des Caraïbes, les deux autres nous ont laissé une bonne impression. C'est mignon, simple mais efficace, et surtout les deux jeux ne reposent pas sur les mêmes mécaniques. Si le niveau des Indestructibles est essentiellement un jeu d'action, celui de Monstres Academy repose sur l'interaction entre les personnages. Il faut apprendre à faire peur, se faire des amis a l'université des monstres, et déconner plein tube avec Bob Razowski (dont la figurine est super craquante, avec son petit appareil dentaire). Et comme dans Skylanders, vous pouvez changer de figurine à la volée pour changer de personnage, tant que ce dernier appartient au même univers (la famille Indestructibles ou Syndrome par exemple). Enfin, il est possible de jouer à 4 online, ou a 2 en écran séparé. Sauf sur 3DS, évidemment.

 

Le coffre à jouets


Si vraiment vous teniez à mélanger tout ce petit monde dans un seul et même jeu, il y a quand même une solution, qui s'appelle la Toy Box. La Toy Box est comme son nom l'indique une véritable boite à jouets dans laquelle vous pourrez laisser libre cours à votre imagination. Voyez ça comme un bac à sable ou une caisse de Lego. Les développeurs nous ont fait une chouette démonstration d'une immense ville constituée du château de Cendrillon, du gros coffre fort de Picsou, et du fameux cinéma en forme de sphère du DisneyLand Epcot en Floride. Là dedans, on insère le Power Disc spécial de L'Etrange Noël de monsieur Jack pour rajouter les fameuses musiques du film et quelques textures, et le résultat, bien que bordélique, prouve que tout est possible. Chaque élément de décor, chaque véhicule, chaque objet est modifiable. On a fait des virées en jetpack avec Jack Sparrow, roulé dans un carrosse aux roues surdimendionnées, volé dans le véhicule de Tron au son des Daft Punk, bref, c'est plutôt impressionnant. Encore mieux, les développeurs nous ont montré les possibilités de cette Toy Box, qui permet carrément de créer de vrais jeux, à la manière d'un Little Big Planet. On a vu des remakes de Super Off Road, de Contra, de Gauntlet, de Donkey Kong, et même de Mario Kart ! Un outil puissant donc, qui devrait faire marcher l'imagination des plus acharnés, et qui a fini de nous convaincre de l'énorme potentiel commercial de Disney Infinity. Non seulement le jeu a l'air solide, mais quand on imagine les possibilités quasi-infinies entre les films, les séries TV, les dessins animés et les parcs d'attractions, il y a de quoi voir venir. Et bien sûr, on ne peut s'empêcher de penser aux deux licences en or que possède désormais Disney, Marvel et Star Wars, qui pourraient tout aussi bien se voir adaptées en version Infinity. Bon sang, ils vont nous ruiner !

Bertrand Jouvray

 


Le 05/02/2013 à 18:05:56 - Par Bertrand Jouvray


Disney Infinity : On y a joué : Les images

3 Commentaires

  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter