Assassin's Creed III ps3,xbox360,pc

Test Assassin's Creed III

Le 30/10/2012

Assassin’s Creed III débarque en fanfare avec la ferme intention de s’imposer comme le meilleur épisode de la série. Nouveau héros, nouveau moteur et surtout nouvelles mécaniques, ce troisième épisode est un renouveau mais également une conclusion pour la saga de Desmond Miles. Alors, l’heure de la révolution a-t’elle enfin sonné ?

Par Valentin Lormeau

Verdict de la rédaction

Assassin’s Creed 3 nous offre le meilleur épisode de la saga, plaçant cette dernière au rang de série culte. Si on ne peut pas vraiment parler de révolution, le titre effectue un grand pas en avant et offre une expérience longue, riche et passionnante. Et malgré son introduction un peu trop lente et ses quelques ralentissements, le petit dernier d’Ubisoft frappe un grand coup en cette fin d’année et clôt en beauté les aventures de Desmond Miles. A quand la révolution française ?

Les plus :
  • Une richesse incroyable
  • Une histoire passionnante
  • Un multi de qualité
  • Un moteur graphique impressionnant...
Les moins :
  • ...mais un peu trop exigeant.
  • Un début un peu mou du genou.
  • Le online pass et les micros paiements du multi.
Rédaction
  • 18
  • 20
AC3 art

Après un épisode Révélations de très bonne facture, mais qui tournait un peu en rond, il était plus que temps pour Ubisoft de repenser un peu sa série fétiche en lui offrant une bouffée d’air frais. Exit Ezio, bienvenue Connor : véritable bond en avant chronologique, Assassin's Creed III se déroule au dix-huitième siècle, durant la colonisation du continent américain et la guerre d’indépendance des États-Unis. Mais outre la campagne Solo, le titre se fend également d’un mode multijoueur bien plus développé que ses prédécesseurs. Scénarisée et compétitive, la partie multi est un véritable bond en avant dans la saga et promet également un sacré challenge pour qui voudra se jeter dedans. Planifiez quelques longues soirées d’hiver devant votre écran, car le dernier bébé d’Ubisoft Montréal va vous offrir une sacré dose de contenu, qui pourrait presque parfois friser l’indigestion. Cependant pas de panique, on peut composer son menu idéal, un peu comme un buffet illimité.

Assassins Creed 3

Un indien dans la ville

Difficile d’aborder le scénario du jeu sans vous gâcher la surprise. Car si l’histoire du jeune Connor est au centre du titre, il ne sera cependant pas jouable dès le début. Vous accompagnerez d’abord le mystérieux Haytham Kenway, un homme redoutable qui n’hésite pas à se servir de ses lames. L’histoire d’Assassin’s Creed 3 est d’ailleurs un gros point fort du titre. Retraçant les évènements qui ont mené à la révolution américaine, le contenu historique nous arrive en pleine face, bien plus efficace que n’importe quel cours d’histoire du collège et c’est un plaisir de réviser son histoire américaine. La campagne solo se rapprochera d’ailleurs des évènements historiques de cette période. Et la Boston Tea Party ou encore la bataille de Lexington serviront d’introduction à l’aventure de Connor. Le jeu offre d’ailleurs la plus grosse base de données Animus de la saga en terme de volume. Desmond, de son côté, poursuit ses explorations dans l’Animus afin de trouver la clé qui permettra aux Assassins d’empêcher la fin du monde. Quelques séquences inédites permettront d’ailleurs de l’incarner à la recherche d’artefacts mystérieux. Petit bémol, les débuts du jeu seront un peu longuets pour ceux qui veulent de l’action non-stop, mais le jeu en vaut la chandelle, et les surprises du scénario valent clairement l’effort.



Avec une approche beaucoup moins manichéenne dans les rapports templiers/assassins et un prologue à tendance coup de théâtre, le jeu part dans une direction novatrice. Bien différent d'Ezio et Altaïr, Connor incarne un tout autre type de héros. Naïf et plein d’idéaux, son inexpérience va l’embarquer dans des évènements qui le dépassent un peu. Une bouffée d’air frais qui va s’avérer bénéfique pour les joueurs qui désiraient un peu de changement.

Assassins creed 3 connor

Sarah Connor ?

On parlait plus haut du contenu du titre : Assassin’s Creed 3 est de très loin le plus copieux de la série. Le jeu offre une carte immense : Boston, New York et la frontière forment un terrain de jeu qui fait plus du double de Révélations. Frontier offre d’ailleurs un terrain de jeu particulièrement riche pour le joueur. Des villages et des comptoirs parsèment la zone, avec ses habitants, ses animaux sauvages et des soldats qui patrouillent, mais aussi une quantité folle de secrets à trouver. Côté villes, Boston et New York tranchent radicalement avec la grandeur de Rome ou de Constantinople, mais elles offrent une architecture moins chargée et tout autant de contenu. Certes, le plaisir d’escalader s’en trouve diminué, mais l’agencement des rues offre une bonne contrepartie à ce manque de hauteur et semer son adversaire sera un peu plus complexe, ce qui n’est pas un mal. Quelques nouveautés font d’ailleurs leur apparition, avec la possibilité de traverser certaines maisons pour échapper aux poursuivants par exemple. Au final, le boulot de reconstitution est une fois de plus énorme et on ne peut que saluer le travail fourni.

assassins creed 3

Assassin’s Creed et Châtiment

Avec un terrain de jeu aussi grand, vous ne manquerez pas de choses à faire. Les missions de Libération seront l’occasion de prendre le contrôle des quartiers de chaque ville au nez des templiers. Les contrats d’assassinat permettront également de se débarrasser de certains d’entre eux. Et la liste des activités potentielles est encore longue avec les missions navales, les missions courrier, les forts à libérer, les souterrains à trouver, les combats de rues à gagner et les objets à collectionner (Plumes, bibelots et coffres). Mais on ne négligera pas la chasse, activité hautement lucrative qui vous permettra de fabriquer de l’équipement ou de revendre pour financer vos missions le gibier et les fourrures acquis. De façon générale, toutes les missions débloqueront de l’argent, des costumes, du contenu multijoueur, des nouvelles armes à la boutique, moins de taxes et plus de sécurité sur vos convois de marchandise.

De plus, le domaine de Davenport vous offrira votre petit espace personnel à faire prospérer. En remplissant certaines missions, Connor invitera des personnages à venir s’installer sur ses terres et à y établir leur affaire. Trappeurs, bûcherons ou menuisiers vous offriront ensuite leur service pour collecter des matières premières, les transformer, les utiliser ou les vendre. Il sera possible de les acheminer auprès de marchands par le biais d’un convoi afin de gagner de l’argent.

Enfin, Connor pourra devenir un marin accompli grâce à l’Aquila, son navire de guerre. Si la navigation du fier bâtiment est très simplifiée, on s’amuse cependant comme un fou à envoyer par le fond les navires adverses avec ce gameplay finalement très arcade. Les missions vont d’ailleurs de la simple défense à l’escorte de marchands en passant par la destruction de bases avancées. Les phases maritimes apportent une touche d’air frais quand on a abusé de la chasse ou de l’assassinat.

assassins creed 3 combat naval

Ca Boston sec

Côté gameplay, on note déjà une refonte du fameux freerun du jeu. La où il fallait auparavant combiner RT et A pour escalader un peu partout, seul RT sera finalement nécessaire dans cet épisode afin de jouer le Yamakazi en herbe. Le bouton A se retrouve du coup dédié aux sauts et permettra lors du freerun de faciliter le franchissement des palissades et des clôtures pour semer vos adversaires et vous déplacer plus vite. On a d’ailleurs encore plus d’endroits à escalader, où s’accrocher et sauter pour le bon plaisir des acrobates. Mais la complexité des lieux comme la forêt pousse parfois le moteur dans ses retranchements, et il arrive que Connor se bloque, refusant de changer de branche tant qu’on ne pointe pas pile dans la bonne direction. Rien de bien grave cependant, car c’est suffisamment rare pour ne pas impacter vos déplacements.

Les combats ont été finement revus. Pas de gros changements mais quelques petits ajustements, histoire de rajouter un peu de piquant. Outre le verrouillage qui se voit remplacé par un centrage assisté, le jeu se permet de revoir un peu le comportement de ses adversaires. Fini les ennemis statiques qui attendent chacun leur tour, il va y avoir du sport. Ils n'hésitent pas à attaquer à plusieurs, disposent pour certains de parades contre vos bottes mortelles et peuvent très bien vous envoyer au tapis si vous ne maîtrisez pas l'art de la contre-attaque. Et même si votre barre de vie remonte entre les combats, exit les potions de soins. Vous pourrez cependant compter sur un armement conséquent pour les combattre, car outre vos fameuses lames, vous aurez accès à une hache de guerre, des mousquets, tout un tas d'armes tranchantes mais aussi des bombes, des mines et autres engins de morts qu’il faudra acheter ou confectionner. On en vient au final à se rappeler le premier Assassin’s Creed car il n’est pas rare de mourir lorsqu’on est submergé d’ennemis, ce qui montre un effort de la part du titre de vous pousser à garder profil bas, comme un véritable assassin.

assassins creed 3

Général Galeries La Fayette

Plus généralement, la campagne principale est dans la lignée des épisodes précédents : filature, espionnage, meurtre et courses poursuites seront votre train-train quotidien pour boucler le titre. Rien de surprenant de ce côté. Incarner Desmond plus souvent vous permettra de jouer les assassins dans le monde moderne. Mais on remarque que ces missions n’apportent pas grand-chose, si ce n’est répondre aux critiques des fans qui reprochaient au jeu d’éclipser le protagoniste principal lors des précédents épisodes. Bien évidemment la Synchronisation répond toujours présent. L’occasion pour les fans hardcore de compléter chaque séquence au maximum via des objectifs additionnels spécifiques avec à la clé du contenu supplémentaire. Du classique, mais du bon classique qui confirme la réputation de la série.

Une fois repu du solo, ou pour s’aérer la tête entre deux séquences ADN, on pourra se tourner vers le multijoueur, véritable fer de lance du titre. Ce dernier, avec 4 modes de jeu, un système d’expérience et de points à gagner pour débloquer du contenu, propose une richesse à la hauteur du reste du titre. Le joueur se retrouve projeté dans une version grand public de l’Animus, publié par Abstergo, avec la possibilité de s’amuser dans le passé via divers modes de jeu. On notera la scénarisation du multi, avec la possibilité en remplissant des objectifs de mission multi de débloquer des cinématiques présentant Abstergo sous un jour meilleur que d’habitude, mais aussi des hackers qui tentent de vous convaincre que votre bienfaiteur n’est pas celui que vous croyez. Pour le reste, le mode Wolfpack introduire un véritable mode coopératif : jouable jusqu’à 4, il sera nécessaire de coopérer avec ses alliés pour trouver et éliminer des cibles vagues après vagues.
Synchronisation des attaques, furtivité et rapidité seront le maître mot pour vous permettre de traverser les séquences sans atteindre le time out. Très fun, à l’instar d’un mode horde, le mode Wolfpack risque de vous scotcher quelques soirées entre amis pour améliorer votre score. Le Deathmatch vous propulsera dans une véritable chasse à l’homme, faisant de vous le chasseur d’une proie, mais la victime d’un autre. Le mode Manhunt sera l’occasion de jouer en équipes opposées entre proies et prédateurs. Les proies devront se camoufler dans la foule et rester vivantes le plus longtemps possible avant d’inverser les rôles dans la deuxième manche. Manhunt et Deathmatch procurent leur dose d’adrénaline dans le rôle de la proie, et on se prendra vite au jeu du chat et de la souris, à presque couiner de plaisir d’avoir survécu si longtemps avant de se faire trancher la gorge. Enfin, Le mode conquest, dernier de la bande, porte bien son nom et reste au final assez classique.

Seulement Ubisoft semble avoir été un peu trop loin : Il faudra déjà utiliser un online pass pour jouer en ligne, mais pire encore on remarque très vite la présence de micro-transactions pour se fournir en équipement sur la plate-forme Uplay. Tout comme un jeu free-to-play, Assassin's Creed III offre la possibilité au joueur d’acheter avec sa CB tout un tas d’équipement pour son avatar en ligne. Heureusement qu’il est possible de passer outre et se procurer la tenue de ses rêves avec les points durement gagnés en jouant.



Chasse, assassinat, nature et tradition

Côté technique, le jeu assure un carton plein. Le nouveau moteur Anvil Next impressionne sur tous les plans. Les environnements sont détaillés, les personnages présentent une modélisation réussie, les visages sont expressifs et les textures ne sont pas en reste. On notera bien quelques baisses de framerate ici et là, mais il n’empêche que le moteur peut parfois mouliner un grand nombre de personnages sans faiblir. On assiste à une véritable démonstration technique sur la génération actuelle de machines. Quant aux fameux changements climatiques annoncés, ils sont bien là avec soleil, nuages, pluie et neige au programme, sans oublier le cycle jour/nuit. Plus cosmétique qu’autre chose, la météo offre des transitions réussies et permet de rendre le tout encore plus vivant.

La bande son est de nouveau un pilier dans l’ambiance du titre, mais ce n’est plus Jesper Kyd qui est aux commandes. Lorne Balfe, assistant de Hans Zimmer sur Inception, reprend les rênes avec brio et offre des musiques immersives qui démontrent une fois de plus le souci du détail qui enrobe le jeu.

Avis des joueurs : Test Assassin's Creed III

13 Commentaires

    • Milo94
    •  - 30/10/2012 - 17:27
    Avatar de Milo94

    Lafayette nous voila !
    Verdict peu surprenant. mais mon aquisition attendra quand même. Je me suis tourné plutot sur Most Wanted pour cette semaine.

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de Sinsamus

    Comme prévu, ce jeu s'annonce très bon. Tout comme milo94, je pense attendre encore un peu avant de craquer pour le jeu.

    Noter ce commentaire : (0) (0)
    • Milo94
    •  - 30/10/2012 - 17:39
    Avatar de Milo94

    Achat groupé : Borderlands 2 goty, AC III goty, Skyrim goty? Bref, j'évite le 100€ le jeu à l'unité....

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de Anonyme

    Le test démarre très bien avec l'introduction et le premier paragraphe, puis au fur et à mesure s'égare et lasse le lecteur. Les titres de paragraphe sont là pour faire jolie mais n'ont pas souvent de rapport avec le contenu du paragraphe. Et la conclusion n'en n'est vraiment pas une...

    C'est pour la forme ça. Le fond après est plus que raisonnable. Un test complet.

    ACIII est pour mon cas, préco depuis des lustres et reçu sous peu. J'ai hâte de conclure l'aventure.

    Anonymement connu

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de Jeremy-Spieler

    Snif... encore + de 20 jours à attendre pour les PCistes :(

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter
Assassin's Creed III Accéder à la fiche du jeu