Patapon 3 psp

Test de Patapon 3

Le 11/04/2011

Il aura fallu attendre l’annonce de la NGP pour que la PSP nous offre quelques-uns de ses plus beaux jeux, qu’on doit en majorité à  Square Enix. Mais aujourd’hui, c’est Patapon 3 de Sony Computer qui vient gonfler la ludothèque de la console portable de Sony.

Par Christophe Butelet

Verdict de la rédaction

Si les nouveautés apportées par Patapon 3 apportent un supplément de tactique à  la série, celles-ci risquent très fortement de sembler trop légères pour ceux qui ont déjà  arpenté les deux premiers épisodes. Il n’empêche que le charme indéniable des Patapons demeure intact et qu’on repart pour une nouvelle aventure chamanique avec grand plaisir.

Les plus :
  • L’esthétique
    L’aspect RPG encore plus poussé
    Jouable à  huit en lignes
Les moins :
  • Difficulté toujours aussi élevée
    Pas de gros changements
Rédaction
  • 16
  • 20
Patapon-3-31877

Patapon était une belle réussite et une véritable bouffée d'air frais dans les jeux musicaux et de rythme aux concepts rigides et dirigistes (Guitar Hero pour n'en citer qu'un). Plutôt que de se soumettre à  un rythme « sur rail », le titre donnait le contrôle au joueur et se servait de la musique pour entraîner le genre vers d'autres perspectives. Après un second volet sans grande surprise, mais néanmoins excellent, Patapon 3 se devait de renouveler la série. Loupé. Il n'y a pas forcément lieu de s'en offusquer plus que de raison puisque, en soi, le titre reste très bon mais les (trop) maigres nouveautés justifient très difficilement son existence.



Patapon-3-PSP-83885     Patapon-3-PSP-98690



Beat them all



Pour qui découvre la série, rappelons brièvement son concept. A la tête d'une armée de Patapons, le dieu-joueur doit les guider et les faire combattre aux sons du tambour, assimilés à  chacune des quatre touches de la PSP (croix, carré, rond, triangle). On ne dirige donc pas directement les Patapons, on leur donne des ordres comme attaquer, se défendre, avancer ou encore sauter en tapant des séquences rythmiques selon un tempo bien précis. Ces ordres restent peu nombreux (pour faciliter leur mémorisation) et une grande partie de la proposition du jeu s'articule ainsi autour de la répétition de ses boucles musicales. Alors oui, Patapon 3, comme les précédents épisodes, s'avère répétitif. C'est un fait indéniable mais c'est un peu réducteur.



Patapon-3-PSP-98683    Patapon-3-PSP-98685



La fièvre chamanique



Ce serait d'abord masquer l'importance du mode « fever » qui, au bout de trois séquences rythmiques parfaitement enchaînées, fait entre votre petit bataillon dans une transe démultipliant leur force. L'idéal étant bien entendu de rester dans cet état le plus longtemps possible, particulièrement face à  un Boss. Et si le titre s'amuse à  brouiller le tempo en superposant d'autres mélodies, ce n'est qu'au bout d'un certain temps en mode « fever » que l'on peut invoquer des divinités aux attaques dévastatrices et souvent salutaires. Patapon 3 demande ainsi une véritable endurance qui s'associe avec une bonne dose de stratégie. Avec ce troisième volet, la série confirme d'ailleurs sa difficulté parfois excessive. Sur le terrain, il ne suffira donc pas de foncer tête baissée et la préparation d'avant chaque bataille demandera toujours une attention toute particulière.



Patapon-3-PSP-26099     Patapon-3-PSP-98686



L'art de la guerre



La dimension RPG de Patapon 3 se trouve ici plus que jamais mise en avant avec la possibilité d'améliorer son épée ou son arc chez le forgeron (parmi 700 armes), et surtout de personnaliser chacun des quatre membres de son équipe en développant diverses caractéristiques, selon un arbre de compétences tout nouveau, tout beau. En outre, le super héros du jeu, l'Hoshipon argenté, a la possibilité de prendre la forme des 21 classes de guerrier, tout en conservant ses facultés. Si Patapon 3 se montre peut-être encore plus stratégique que les précédents volets, pour autant, le titre n'en est pas fondamentalement bouleversé. Et malgré un mode en ligne permettant de jouer jusqu'à  huit joueurs (deux équipes de quatre qui s'affrontent), les possesseurs des deux premiers jeux risquent de trouver les changements un peu minimes. Mais avec son esthétisme tribal et sa grande richesse, il n'est pas impossible de se laisser une nouvelle fois hypnotiser par la musique primitive et endiablée des Patapons.

  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter