Halo 4 xbox360

Test Halo 4

Le 31/10/2012

Halo, c’est LA poule aux œufs d’or de Microsoft. Et comme il est question dans Halo 4 du retour de Master Chief, dire que 343 Industries avait la pression serait un euphémisme. Voyons si le jeune studio a tenu le coup.

Par Romain Mahut

Verdict de la rédaction

343 Industries peut sabler le Mountain Dew. Avec Halo 4, le jeune studio américain a en effet réussi son examen de passage. Ce nouvel épisode plante habilement les bases de la nouvelle trilogie, intègre de nombreuses nouveautés de gameplay, et procure une expérience toujours aussi plaisante seul ou en multi. Si la campagne rend impatient de découvrir la suite de l’histoire, les deux modes d’Infinity donne largement de quoi s’occuper en attendant.

Les plus :
  • Le plus beau des Halo
  • Changement de ton dans la narration
  • Multijoueur très complet
Les moins :
  • Campagne un peu courte
  • Quelques séquences légèrement réchauffées
  • Univers parfois difficile à suivre
Rédaction
  • 18
  • 20
Halo 4 16/9



(Vous pouvez retrouver notre test vidéo à la fin de ce texte)


Quatre ans, sept mois, et dix jours. C’est à la fois le temps qui sépare la fin de Halo 3 et le début de Halo 4, et le temps qu’a passé Master Chief à hiberner. Sorti de sa torpeur par une Cortana paniquée par la possible présence d’ennemis à bord de leur épave, il se retrouve immédiatement confronté à de vieilles connaissances : les Covenants. Très vite, il apparaît cependant que les Covenants ne sont en fait que des pions utilisés par une nouvelle menace. Parallèlement à ces problèmes, le Major doit également trouver un moyen de venir en aide à Cortana : cette dernière, intelligence artificielle de son état, a dépassé son espérance de « vie » moyenne et est devenue défectueuse. Globalement, et même si un ou deux passages sentent le réchauffé (le déroulement d’une des séquences semblent totalement calqué sur une missions de Halo 3 ODST par exemple), la campagne de Halo 4 remplit parfaitement son rôle de premier épisode d’une trilogie. Les nouveaux acteurs sont présentés et le scénario donne le ton des titres à venir. Et même si ce chapitre bénéficie d’une véritable fin, de nombreuses questions restent en suspens, aussi bien au sujet des Forerunners, qu’à celui de l’UNSC ou du Master Chief. Le caractère du héros est en effet bien plus mis en avant ici que dans ses trois premières aventures. Et cela laisse présager des bouleversements à venir. D’autant plus que les auteurs ont ouvert plusieurs pistes scénaristiques et ce, dès le prologue. Il sera donc intéressant de voir le chemin qu’ils décident d’emprunter dans les deux prochains épisodes. Le ton de la série semble en tout cas bien parti pour changer, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Histoire de chipoter, on peut tout de même reprocher à 343 Industries de mettre le joueur face à certains éléments de l’univers de Halo, sans vraiment lui expliquer de quoi il s’agit. Même un gros fan de la série ne connaît pas nécessairement par cœur tout ce qui compose sa riche mythologie. Des explications plus détaillées n’auraient, par moments, pas été de refus...

Halo 4 Mission 2

Return of the Space Cowboy



Si le scénario de Halo 4 semble prendre un virage, sa jouabilité est quant à elle dans la droite lignée de celle des précédents titres. Pour les habitués, la prise en main, les sensations de jeu, et donc le plaisir sont immédiats. Les nouvelles capacités d’armure comme la « vision prométhéenne » ou la tourelle automatique se laissent aisément apprivoiser. Les novices quant à eux, se retrouvent face à un jeu de tir au gameplay accessible et relativement simple à assimiler. La licence créée par Bungie a de plus accordé depuis toujours une place relativement importante aux phases à bord de véhicules. 343 Industries a non seulement respecté la tradition, mais a également ajouté de nouveaux éléments. En effet, tous les véhicules bien connus de la saga comme les Mangoustes, Apparitions et autres Banshees peuvent être conduits à un moment ou à un autre de la campagne. À côté de ça, des montures inédites comme l’impressionnant Mammoth, le Mantis ainsi qu’un nouveau vaisseau spatial font ici leur arrivée dans la série. Alors que le premier transporte Master Chief sans que ce dernier puisse le conduire, le deuxième est digne de ses illustres prédécesseurs en termes de prise en main. Mecha bipède aux animations qui ne sont pas sans rappeler les effets spéciaux à base de pâte à modeler et de stop-motion des films des années 80, le Mantis est un outil de destruction massive très amusant à piloter. Ce dernier est utilisable dans une seule mission, au cours d’un passage qui n’est pas sans rappeler un célèbre film de science fiction des années 70...

Halo 4 Mission 2

La guerre a changé



Lors de la sortie de Halo 3 en 2007, certains joueurs et critiques se plaignaient déjà des graphismes du jeu, qu’ils ne trouvaient pas assez sophistiqués. Si la série a visuellement évolué au fil des ans, les changements étaient toujours relativement limités. Pour le premier épisode de la série principale en cinq ans, il saute aux yeux que les développeurs ont fait des efforts. En tenant compte de la date de sortie de la Xbox 360 (fin 2005), et du passif de la licence, il est même possible de dire que la réalisation de Halo 4 surprend. En bien. Les environnements, sont non seulement variés (intérieurs de vaisseaux, jungle tropicale, base ennemie futuriste, etc...), mais aussi détaillés et plus impressionnants que par le passé. Il suffit de regarder avec attention les décors de la première mission pour s’en convaincre. De leur côté, les personnages ont eu droit à un lifting dont ils avaient grand besoin. Les Covenants disposent par exemple de modèles plus imposants et sophistiqués, tandis que les visages humains sont moins cubiques qu’autrefois. Difficile également de parler de la réalisation de Halo 4 sans évoquer le travail effectué sur les effets de lumière. Souvent liés à la classe d’ennemis inédite et à leurs armes, ces effets sont vraiment réussis et accentuent l’impression de nouveauté qui se dégage de ce nouvel épisode. Pour chipoter, il est tout de même possible de déceler quelques vilaines textures (en particulier sur le sol) à certains endroits. Mais globalement, la réalisation de Halo 4 est très satisfaisante.

Halo 4 Mammoth

Vers l’Infinity et au delà



Impossible de faire le test d’un Halo sans évoquer ses modes multijoueur. Pour sa première production inédite, 343 Industries a choisi de revoir la manière dont est présenté le multijoueur dans un titre de la série. Et cela se traduit par un rattachement de ces modes à l’histoire racontée dans la campagne. Si cela peut surprendre quand on sait à quoi correspondait le multijoueur des Halo jusqu’à présent, force est de constater que les développeurs se sont plutôt bien débrouillés. Au cours de la campagne, Master Chief fait la connaissance d’une partie de l’équipage du vaisseau Infinity. Ce dernier est en fait la base où se trouvent tous les nouveaux soldats génétiquement modifiés du programme Spartan IV. Comme par hasard, ou pas, le multijoueur de Halo 4 s’appelle lui aussi Infinity. Dans le premier mode de jeu d’Infinity, intitulé Jeux de Guerre, il est question de tous les types de parties compétitifs tels qu’Assassin, Régicide, Capture du Drapeau, etc... Ici, toutes les foires d’empoigne auxquelles participent les joueurs sont en fait des séances d’entraînement auxquelles participent les Spartans vivant sur Infinity. Cela peut paraître logique, mais il fallait y penser. Niveau sensations de jeu, c’est du Halo pur et dur. Le fun est immédiat et les nouveautés, comme les récompenses à appeler en cours de partie ou les capacités inédites (sprint illimité, possibilité de tenir plus de munitions, etc...), s’intègrent naturellement à l’ensemble. À noter tout de même que le décompte des points au cours des parties a été modifié, afin de favoriser le beau jeu. Dans les parties de type Assassin par exemple, il n’est plus question qu’une équipe atteigne les 50 frags pour gagner. Il faut désormais marquer 600 points. Et si la majorité des points est obtenue en tuant les membres de l’équipe adverse, d'autres actions, comme les assistances, font elles aussi avancer le compteur. Il est en tout cas difficile de décrocher du mode Jeux de Guerre une fois le nez dedans. 

Halo 4 Pelican

La relève est assurée



Le second mode d’Infinity, Spartan Ops, remplace quant à lui le mode Baptême du Feu qui n’était pas vraiment captivant sur le long terme. S’il est toujours question de coopération face à des ennemis incarnés par l’intelligence artificielle, Spartan Ops étonne car il offre une seconde campagne scénarisée. Situé six mois après la fin de l’histoire principale, Spartan Ops fait du soldat créé par le joueur un membre de l’escadron de Spartan IV Crimson à qui sont confiées des missions (cinq par épisode) liées à l’arrivée des Covenants sur une planète sur laquelle ils pensent avoir trouvé un de leurs dieux. L’intégralité de l’histoire n’ayant pas encore été diffusée par Microsoft à l’heure où sont écrites ces lignes, il est impossible de juger de la qualité globale de cette histoire d’un point de vue scénaristique. Le premier épisode, déjà en ligne, permet cependant de dire que l’intérêt est bien là du point de vue de l’expérience de jeu. Coopérer avec d’autres joueurs pour atteindre un objectif, tout en écoutant les ordres et les interventions liés à la mise en scène, est bien plus amusant que de détruire bêtement des vagues d’ennemis sur des cartes réduites comme c’était le cas dans le Baptême du Feu de Halo Reach par exemple. S’il est d’une certaine manière frustrant de devoir attendre avant de voir pousser les différentes graines plantées par 343 Industries dans Halo 4, il faut avouer que le studio américain offre ici un très bon épisode de la série. Avec une réalisation aussi soignée que son gameplay, et de nombreuses nouveautés disséminées dans tous les modes de jeu, le titre a largement de quoi contenter les fans de la série, mais aussi les amateurs de FPS futuristes.

Note : Nous n'avons pas pu faire nos propres captures pour ce test. En conséquence, toutes celles présentes ont été fournies par Microsoft.


Avis des joueurs : Test Halo 4

23 Commentaires

  • Avatar de capestant

    Je le savais en fait , le jeu a été laéké pour moi c'est 10/ 20 because la durée du solo faut arreter de se foutre de la gueule du monde , je prendrais quand meme le jeu car je suis fan , mais avec une grande frustration

    Noter ce commentaire : (0) (0)
    • Kak0of
    •  - 01/11/2012 - 08:38
    Avatar de Kak0of

    \o/ \o/ \o/ Merci !!!!!!!! Une campagne courte ? Pas grave,du moment quelle envoie du lourd comme mentionné dans le test...accompagné du Spartan OPS + un multi en béton armé,viiiiiiiiiiiiiiiiiiveeeeeemmeeeeent Mardi !!!!!!!! Merci encore pour se test ! \o/ \o/ \o/

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de Helvete

    Perso je lui pardonnerai la durée de sa campagne de 8h sachant que ce n'est que 2h de moins que les autres Halo et 3h de + qu'un Call of ou de Battlefield 3, sans compté la compagne Spartan OPS et le Multi...

    Noter ce commentaire : (0) (0)
    • Riley
    •  - 01/11/2012 - 11:11
    Avatar de Riley

    Moi je trouve ça dommage que les FPS d'aujourd'hui dispose d'un solo qui dure moins 10 heures,le multi c'est bien beau mais pour moi le plus important c'est la campagne solo.Bref,en tout cas il à l'aire de déchiré ce nouveau Halo ;)

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de demonik

    ça va envoyer du lourd! et 8 heures de jeux pour un halo c'est du pure plaisir!!!

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter
Halo 4 Halo 4-88897 Accéder à la fiche du jeu