Inazuma Eleven Strikers wii

Test Inazuma Eleven Strikers

Le 25/09/2012

Si le succès d’Inazuma Eleven en France n’est en rien comparable à celui obtenu au Japon, après deux épisodes sortis sur Nintendo DS qui ont plutôt bien marché, la licence semble être suffisamment populaire pour que Level-5 se décide à sortir le premier épisode Wii de la série. Avec Inazuma Eleven Strikers, le studio réalisera-t-il la passe de trois ?

Par Christophe Butelet

Verdict de la rédaction

En délaissant toute sa partie RPG, la série perd quasiment tout de son intérêt. Inazuma Eleven Strikers apparaît alors comme un jeu de foot arcade trop simpliste et pollué par des cinématiques incessantes pour que l’on ait envie d’y revenir passé quelques matchs.

Les plus :
  • Les coups délirants
Les moins :
  • Les éléments RPG trop maigres
  • Matchs trop répétitifs
  • Commentaires soûlants
Rédaction
  • 11
  • 20
Inazuma-Eleven-Strikers-Wii

Bien que les deux premiers épisodes d’Inazuma Eleven soient réservés à un jeune public, ils révèlent aussi des atouts indéniables, les destinant également à un public plus âgé qui aurait grandi en regardant Olive et Tom à la télé. Mélangeant RPG et football (les matchs remplaçant les combats), les titres combinent ainsi avec délice la stratégie propre à ce sport à un univers tout droit tiré du sh?nen. Première déception (ce ne sera malheureusement pas la seule), Inazuma Eleven Strikers met de côté tout l’aspect RPG pour ne se concentrer que sur le football, se rapprochant davantage d’un Mario Strikers Charged Football que des épisodes DS de la série. Pas franchement une bonne nouvelle, d’autant que le jeu ne possède pas les mêmes qualités que le titre de Nintendo.

Inazuma Eleven Strikers

Football Manager

Inazuma Eleven Strikers s’ouvre sur quatre modes différents : Match amical (au nom suffisamment explicite pour qu’on n’ait pas besoin d’en dire plus), Tournoi  (à quatre ou huit équipes), Mini-jeux (on y reviendra) et Local du club. C’est ce dernier mode qui se révèle le plus intéressant (en tout cas en solo), celui qui, brièvement, rappelle le plus ce que l’on connaît de la série. Le Local du club invite le joueur à créer la meilleure équipe possible en prenant part à une compétition. On ne retrouve hélas ici aucune scénarisation et on se contente (seulement) d’enchaîner les matchs contre des équipes de plus en plus fortes. Après chaque victoire, le joueur a la possibilité de recruter de nouveaux coéquipiers, issus des équipes battues, contre des points Inazuma gagnés à l’issue des matchs (compétition ou match simple). Des points qui permettent également de s’acheter des objets, que l’on peut alors utiliser avant un match afin de bénéficier de divers bonus. Le mode conserve ainsi une petite part de RPG qui s’étend également à la progression des joueurs. Un système de liens d’amitié vient même renforcer la cohésion d’équipe et permet également d’apprendre de nouvelles techniques combinées entre deux coéquipiers copains comme cochons.

Inazuma Eleven Strikers

Qu’il s’agisse des points Inazuma, de l’expérience des joueurs ou des liens d’amitié, il n’y a pas de miracle, pour engranger et améliorer tout ça, il faut enchaîner les matchs mais aussi prendre part à divers entraînements, qui prennent la forme de différents mini-jeux (et vous l’aurez deviné, on retrouve ces épreuves dans le mode Mini-jeux). Au nombre de cinq, ces derniers reposent sur un gameplay simple (pas plus de deux boutons) où il faut tantôt appuyer frénétiquement sur la manette, tantôt faire preuve d’un certain sens du timing. A vrai dire, on en fait vite le tour et après quelques phases d’entraînement, il est peu probable que le joueur ait envie d’y revenir. Un constat qui s’applique finalement au mode tout entier. Alors que le recrutement des 1500 joueurs d’Inazuma Eleven 2 avait quelque chose d’assez addictif (pas loin d’un Pokémon), reposant sur des défis à relever et une chaîne de relation (recruter un personnage permet de recruter son pote et ainsi de suite), ici, le recrutement des joueurs s’avère nettement plus froid puisqu’il suffit d’acheter ceux que l’on désire dans un tableau. Dans les deux épisodes DS, les joueurs de chacune des équipes de la série se révélaient plus ou moins charismatiques au fil du scénario, ce qui donnait plus ou moins envie de recruter tel ou tel joueur parce qu’on le trouvait sympathique. Ici, les personnages sont finalement réduits à des statistiques. Dès lors, le titre ne parvient jamais à nous donner réellement l’envie de composer la meilleure équipe possible, du fait de la répétitivité et de la trop grande simplicité de son système mais aussi parce que, sur le terrain, on s’y ennuie aussi très rapidement.

Inazuma Eleven Strikers

Football décousu


Pourtant, à l’instar des épisodes DS, Inazuma Eleven Strikers offre un peu de fraîcheur parmi les jeux de foot où FIFA et PES imposent une seule et unique vision des choses (même si PES se montre un peu plus fun que son concurrent, bien que le cru 2013 tende davantage vers la simulation). Avec sa vue de dessus, la série sur DS rappelle, par exemple, l’époque de Sensible Soccer ou de Kick off alors que sa jouabilité au stylet permet une belle maîtrise de l’espace. Sur Wii, on perd tout cela pour s’orienter vers un gameplay plus classique, tandis que la caméra vient suivre l’action sur le côté. Pour le reste, les matchs jouent toujours sur la démesure des attaques et autres tirs canons, renvoyant le tir de l’aigle d’Olivier Atton à une simple pichenette.

Inazuma Eleven Strikers

Mais si les cinématiques sont amusantes au début, elles deviennent rapidement répétitives, en plus d’interrompre continuellement le rythme du match. C’était déjà le cas sur DS mais ça l’est encore plus ici, la faute à des techniques d’attaque/défense, symbolisées par un cercle autour du porteur du ballon/défenseur, qui permettent d’éliminer l’adversaire. Ainsi, dès qu’un joueur entre dans ce cercle, une cinématique se déclenche sans qu’il soit possible de l’éviter d’une quelconque façon, à moins que deux joueurs avec un cercle autour d’eux se rencontrent (ce qui reste très rare) et, dans ce cas, c’est le joueur avec les meilleures caractéristiques qui poursuit sa course, le tout sans cinématique. A côté de ça, on retrouve d’autres défauts déjà présents sur portable, comme la quasi-impossibilité de marquer lors d’une action classique, même lorsque le gardien semble totalement à la dérive. Mettre le ballon au fond des filets se résume souvent à matraquer d’attaques spéciales le gardien adverse jusqu’à l’épuiser, même si un système d’élémentaires ajoute un soupçon de stratégie à l’ensemble. Vite lassants, les matchs pâtissent en outre de commentaires insupportables, lesquels se répètent avant même la seconde mi-temps de notre tout premier match. Un exemple, à chaque super shoot, le speaker s’exclame qu’il n’a jamais vu un tir pareil, alors qu’il est identique aux dix précédents. Inazuma Eleven Strikers est un titre usant.

Avis des joueurs : Test Inazuma Eleven Strikers

  • Note moyenne 19/20-4 avis
  • note2 avis
    Avatar de Anonyme
    Anonyme note

    trop bienLire l’avis

  • note1 avis
    Avatar de Anonyme
    Anonyme note

    Ce jeu est est très bien sauf quelques mépris par rapport a sa durée de vie ( 4 phases de 3 matchs) et quelques…Lire l’avis

  • note1 avis
    Avatar de Anonyme
    Anonyme note

    Ce jeu est super, rien à dire.
    Sauf que j'aurais préféré que ce soit un peu plus "réél" par rapport…Lire l’avis

  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter
Inazuma Eleven Strikers jaquette-inazuma-eleven-strikers-wii Accéder à la fiche du jeu