Strike Suit Zero pc

Test Strike Suit Zero

Le 11/02/2013

Il y a un petit mois, nous avions pu nous faire les dents sur quelques niveaux du shooter spatial, Strike Suit Zero. Plein de promesses mais malgré tout affecté par quelques défauts, le titre s’annonçait plaisant mais pas mythique. Un constat encore d’actualité comme vous allez pouvoir le constater dans notre test.

Par Emmanuel Villalba @ManuJVN

Verdict de la rédaction

Strike Suit Zero se propose de vous faire découvrir les joies et déconvenues des combats spatiaux. Plaisant à jouer mais souffrant d’un calibrage plus qu’approximatif de sa difficulté, le jeu n’en reste pas moins tout à fait fréquentable pour peu que l’on s’accroche. Un premier titre plaisant malgré quelques défauts et qui augure de lendemains radieux pour son jeune studio de création, Born Ready Games.

Les plus :
  • Des combats spatiaux impressionnants
  • Un gameplay réglé aux petits oignons
  • Certains fonds spatiaux de toute beauté
Les moins :
  • Difficulté en dents de scie
  • Checkpoints placés en dépit du bon sens
  • Manque cruellement d’un souffle épique
Rédaction
  • 15
  • 20
Strike Suit Zero 16/9

Strike Suit Zero est un jeu de tir spatial qui s’adresse aussi bien aux vieux briscards de Freelancer ou Wing Commander, qu’aux nouveaux venus, attirés qu’ils le seront par des promesses de combats spatiaux sans pareil. Il y sera question d’une colonie sécessionniste voulant porter la guerre sur la Terre, après avoir découvert un artéfact d’une puissance inouïe. Bien évidemment, notre belle planète bleue pourra compter sur vous, pilote d’exception qui, tel le capitaine Flam, se dressera comme ultime rempart entre la liberté et le joug d’oppresseurs venus de l’espace infini. Un bien joli pitch pouvant être couché pendant une pause repas sur une nappe en papier entre le digestif et le café. Bon, maintenant que vous aurez compris que ce n’est pas pour sa profondeur narrative que vous achèterez SSZ, penchons-nous plutôt sur le cœur du jeu, les combats entre vaisseaux et autres tirs de lasers colorés!



X-Wing toutes options, boite auto comprise
 

Si vous n’êtes pas habitués aux simulateurs de vol spatiaux (si, si, ça existe), et que les mots poussés vectoriels, propergol liquide et effet « pogo » ne vous parlent pas, pas de problème, vous pouvez rester avec nous ! Strike Suit Zero ne vous proposera jamais de calculer une orbite héliosynchrone, mais juste de piloter un intercepteur spatial avec toutes les aides activées, ABS compris. La première mission du jeu sera d’ailleurs là pour vous guider et vous faire découvrir le maniement de votre chasseur. Acquisition de cible, sélection des armes primaires et secondaires, couplage de vos lasers, accélération et décélération seront ainsi au menu de ce BSR spatial. Rien de lourd à intégrer au final même pour les spécialistes des jeux mode « 1 bouton ». A noter que même si le choix du contrôleur sera laissé à la discrétion du joueur, une bonne manette 360 remplira parfaitement cet office. Les commandes assimilées, les objectifs vont pouvoir s’enchaîner crescendo, et l’on vous demandera alors de faire chauffer les tuyères pour bouter les vilains de notre galaxie ! Et là, le jeu va nous montrer son vrai visage ou plutôt, les deux faces d’un visage mi- ange, mi- démon.



Armada spatiale recherche pilote pour relation hardcore
 

Vous l’aurez compris, la base de Strike Suit Zero est simple ; vous dirigez un vaisseau qui devra détruire tout ennemi se mettant sur sa route le long de treize missions. Dans cet état d’esprit, on peut s’attendre à rencontrer de temps à autre un gros croiseur, sorte de boss de fin de niveau venant clore un combat spatial un peu plus difficile qu’à l’accoutumé. Mais ça, c’est sur le papier uniquement. Car SSZ a la fâcheuse idée de prendre tous les joueurs pour des pro-gamers de l’extrême, aguerris aux combats spatiaux et adepte de la force pour naviguer entre les lasers lourds des frégates ennemis. Ainsi, vous passerez les premières missions du jeu sans difficulté, puis, sans crier gare, un des objectifs que vous devrez remplir se transformera en véritable forteresse infranchissable. Pour faire simple, les programmeurs de chez Born Ready Games, pas radins pour deux sous, se sont dits, pourquoi mettre un seul croiseur à affronter alors que deux ou trois seront plus rigolos à détruire. Sauf que le côté rigolo de la chose, on le cherche encore, surtout après avoir recommencé pour la vingtième fois la même mission face à une armada qui vous explosera la carlingue dès que vous pointerez le bout de vos tuyères d’un peu trop près. Rajoutons à cela qu’en plus les checkpoints, fameux points de passages et mini sauvegardes permettant de souffler entre deux morts, seront placés de manière totalement aberrante. Il n’est ainsi pas rare de devoir détruire pendant dix bonnes minutes une armée de chasseurs ennemis, puis d’ensuite affronter un vaisseau adverse plus coriace que les autres pour clôturer le bal. Lors de ce duel, si l’idée saugrenue de mourir vous traversait à l’esprit, vous seriez bon pour repartir plusieurs minutes en arrière et recommencer à affronter l’armée de chasseurs précédemment citée. C’est peut-être bien pour la durée de vie, mais beaucoup moins pour notre tension et nos nerfs ! Et le reste du jeu sera de cet acabit et alternera les missions standard tout à fait abordables, et des pics soudains d’une difficulté hallucinante venant vous clouer sur le mur de votre frustration. Un calibrage vraiment pas maîtrisé et rendant le jeu tantôt simple, tantôt totalement injuste et rageant. Heureusement, en vous accrochant un peu, vous pourrez passer outre ces moments d’injustice en vous reposant sur le matériel mis à votre disposition comme nous allons vous le faire découvrir.


 

Quand les réflexes manquent, on peut toujours compter sur la technologie
 

Heureusement pour vous, les programmeurs ne sont pas que des vicieux et vous ont laissé quelques outils à disposition pour vous remettre de vos nombreuses désillusions spatiales. En premier lieu, les vaisseaux. Allant du chasseur polyvalent au plus exclusif Strike Suit qui prendra la forme d’un robot de combat (le temps de vider sa barre d’énergie nommé flux), le choix sera assez vaste pour tenter différentes approches pour une mission (pour peu que le choix ne soit pas imposé pour certaines d’entre elles). Surtout que chaque mission, aura en plus de ces objectifs primaires, des objectifs secondaires assez coton à réaliser, mais qui vous rapporteront différents bonus rendant le jeu bien plus fréquentable. Il faudra ainsi finir une mission dans un temps canon, détruire un nombre d’appareils défini ou bien éviter la destruction d’une unité alliée. Ces « exploits » vous rapporteront alors des armes plus évoluées, et des bonus pour votre vaisseau pas piqué des trous de vers. Protection sublimée, force de frappe décuplée, bouclier magnifié et multi missiles fleurant bon les meilleurs moments de Macross/Robotech, rendront ensuite le jeu un peu plus simple. Pour autant, ne vous attendez pas à devenir un requin parmi les poissons rouges. Vous deviendrez au mieux un requin parmi les requins. Vous l’aurez compris, ces missions secondaires seront très rapidement un passage obligé pour réussir à franchir certains caps dans le jeu. Gardez en tête que toutes ses missions secondaires boosteront un peu plus votre score que vous pourrez comparer à d’autres joueurs en ligne. Une option toujours sympathique pour voir si l’on est plutôt parmi les mauvais ou les super mauvais d’un classement froid et mathématique!


 

Elève appliqué, mais peut mieux faire
 

Comme beaucoup de projets Kickstarter, Strike Suit Zero est plaisant à jouer, mais souffre d’un manque de finition ou/et de conception flagrant et de missions scriptées pas vraiment motivantes. Plaisant le titre l’est pour ce qu’il propose en combats spatiaux impressionnants et dans son gameplay simple mais parfaitement calibré. Déplaisant, le titre l’est aussi par son manque de polish dans certains aspects visuels, mais surtout dans ses checkpoints placés en dépit du bon sens et par sa difficulté connaissant des pics à même de faire craquer n’importe quel PGM. Pour autant, il serait dommage de passer à travers ce bon titre vendu une paille sur steam (moins de 20 euros), et qui procure beaucoup plus de moment de joie que de frustration. Et en plus si vous êtes fan de Max Havelaar et du commerce équitable, acheter un jeu financé sur Kickstarter devrait faire vibrer votre fibre participative ! C’est ça aussi être consommateur 2.0…

Emmanuel Villalba 

 

3 Commentaires

  • Avatar de fredoryan

    Commentaires pertinents manu...

    Sinon la difficulté est très variable, et j'aime pas me sentir indispensable dans ce genre de jeu, pourquoi mettre des vaisseaux alliés si c'est juste pour décorer? Et personnellement, niveau graphique , même si ça pète au début, on s'en lasse vite, d'ailleurs je ne conseil pas ce jeu aux personnes épileptiques.

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de fredoryan

    Il est loin d'être mauvais, je ne dis pas le contraire, juste l'impression qu'il ne lui manque pas grand chose pour en faire un vrai bon jeu, alors que là, une fois terminé, il part aux oubliettes.

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Avatar de Captain_Taverne

    Excellent test, alléchant, mais pourquoi ne pas faire une sortir XBLA ou PSN... En ce moment je me refais ZOE, putain il manque des jeux de cette trempe

    Noter ce commentaire : (0) (0)
  • Merci de vous connecter pour laisser un commentaire
  • Se connecter
Strike Suit Zero Accéder à la fiche du jeu